Étude prospective : Ishinomaki après la catastrophe

Réalisation d’une étude de Prospective Urbaine

Ishinomaki a énormément souffert du tsunami de 2011. 3500 personnes ont perdu la vie, 48 ha de terres ont été rasés et désertés, sous l’effet du mouvent des plaques tectoniques, le centre ville s’est effondré de près d’1m et est donc soumis à des inondations régulières, nombres de pêcheries ont été détruites et les pollutions liées aux déchets sont nombreuses. En 2014, les camps de réfugiés étaient toujours occupés et très peu d’habitants avaient regagnés une habitation. L’objectif de l’atelier était de comprendre ce qui avait poussé à exposer ces populations aux risques naturels et à réapprendre ensemble à lire les indications naturelles que nous donne le territoire. Dans un second temps, les participants étaient invités à travailler sur trois sites et à proposer des micro-interventions d’acupuncture urbaine, permettant d’améliorer la gestions des flux de la ville (transports, eau, déchet, énergie, mobilité, production) tout en prenant en compte le risque, afin de la rendre plus résiliente.


Commanditaire

RAW

Partenaires

UNESCO-IHE ULB lacambre LATTS Sendai University, Japan FONDATION Etudiants en architectures et paysages de toute l’Europe et du Japon

Mission

Réalisation d’une étude de Prospective Urbaine

Mon rôle

Direction, Conduite de l’étude et coordination générale, Définition des axes de recherche Veille scientifique

Surface

environ 250 km2


Budget

45 000€

Lieu

Ishinomaki, Japon


Date

2014

Le projet en images